30 mai 2015

Les coulisses de la #FashionWeekTunis


Avant de commencer, laissez-moi d'abord vous prévenir que cet article risque d'être un peu long, et
que je ne vais pas vous parler des magnifiques collections des créateurs qui ont défilé à la Fashion Week de Tunis.
ça fait 3 ou 4 ans que j'assiste aux défilés, et je n'ai jamais vraiment parlé des "vrais coulisses" de la FWT ( Fashion Week Tunis ).


Aujourd'hui, je me suis rendue pour le 2ème jour. J'avais un pass backstage et un pass presse. Je vous avoue que j'y suis allée surtout pour la marque Mademoiselle Hecy, que j'apprécie énormément.

Donc arrivée en backstage, c'était super ! J'ai pu voir comment on maquillait les mannequins, tout le matériel installé par Mac Cosmetics, j'ai adoré.


Le premier défilé va bientôt commencer, je sors m'installer. Il n'y personne encore. Je ne sais où je dois me mettre...Bon, je m'installe au dernier rang, tranquillement.
Les invités commencent à arriver, et là une demoiselle me demande mon numéro.
Moi:  " Quel numéro ?" 
Elle : "Chaque place à son numéro, il faut que vous repassiez par la porte et qu'on vous inscrive le numéro".
Merde ! Refaire tout ce chemin, en talons ( ça se passe à Dar Zarrouk, Sidi Bou Said ). Je me lève avec tout mon matériel, j'essaie de sortir. On me dit que c'est bloqué, personne ne sort. Bon je fais quoi, pas grave je vais rester en coulisses, de toutes façons je suis venue pour Mademoiselle Hecy, et c'est le 2ème défilé. Là, une autre fille, très gentille, me fait signe de revenir : " Venez vous installer, sans numéro."


Je m'installe donc au 3ème rang. Je regarde sans trop regarder le défilé qui commence.
Ah, on nous annonce enfin que c'est au tour de Mademoiselle Hecy de défiler : " tous ceux qui veulent y assister sont priés de rester à leur place, les autres peuvent partir."
Il y'a une place qui se libère à la 2ème rangée. Je me pose et j'attends. Plusieurs minutes plus tard : "Nous sommes désolés, mais finalement, pour des raisons d'organisation, il va falloir quitter la salle".
Bon, je vais en backstage prendre quelques photos le temps que le défilé commence.


Le portier : " Non mademoiselle vous ne pouvez pas renter"
Moi : " Ah mais regardez, j'ai un pass backstage, je vais prendre des photos".
Le portier : "Non mademoiselle, vous ne pouvez pas passer".
Bon alors je vais rester à attendre devant la porte. J'attends, il fait super froid et j'ai très mal au pieds.

Finalement, on a le droit de nous installer dans la salle en attendant le défilé. Je rentre, je me mets au 2ème rang. On me dit qu'il y'a de la place au premier rang. Alors j'avance. On m'appelle. Les pass presse c'est de l'autre coté. Je passe de l'autre côté. Je m'assoies. Un monsieur vient " vous n'avez pas le droit de vous asseoir ici, il vous faut un numéro.


Je me lève et je sors. Je demande où est-ce que je peux avoir ce (putain) de numéro. On me dit de remonter jusqu'à l'entrée. Une autre fille remarque ma détresse, et me fait re-rentrer. "Mettez-vous là, au premier rang". Je m'installe. Une autre revient :
- Ici c'est pour les VIP et les invités de Mademoiselle Hecy.
- Oui, mais j'ai été invitée, et j'ai un pass presse en plus. 
- Non non il faut un numéro, ce n'est pas possible.
Bon, je me lève, je prends mes affaires et je décide de partir. Je suis très déçue de ne pas assister au défilé Hecy, c'est pour ça que je suis venue. Mais là, c'en est trop.


Je n'ai pas de problème à avoir un numéro, ni à m'installer au dernier rand, mais merde, qu'on fasse ça dès le départ. Je ne sais pas combien de fois j'ai dû me lever et m’asseoir. C'est décidé, je rentre.
En voiture, je me mets à réfléchir à tout ça. La Fashion Week, la mode, la Tunisie. Finalement, nous sommes encore très très loin du progrès question organisation.
Et ces VIP, qui sont-ils ? Et puis les gossip qu'on peut entendre entre chaque défilé. Si tu n'es pas une blonde à la taille 36, au bonnet c, au nez qui remonte jusqu'au ciel, avec un sac Chanel et des Louboutins, tu n'es pas un VIP. Si tu n'es pas un magazine, et même si tu as un pass presse, tu n'as pas autant de considération qu'un journaliste.
Pourtant, j'ai été journaliste. Et aujourd'hui je tiens un blog. C'est pour ça qu'on m'a invitée. Pour que je prenne des photos et que j'écrive un article, parce que VOUS lisez.


Blogueuse. Ce mot est encore nouveau en Tunisie. Quand tu es blogueuse, de mode surtout, les gens ( en général, pas tous ) te considèrent comme une fille bébête qui passe sa vie à faire du shopping et prendre des selfies. Oui j'adore faire du shopping, et il m'arrive de prendre des selfies. Mais j'ai une opinion, et des lecteurs qui me suivent. 
Je prend cette passion très à coeur. J'y mets tous les jours au moins 4 heures. Au moins. Je me casse la tête à réfléchir à des articles, à faire des shootings. Et parfois si je n'aime pas le résultat, je refais, 2 et 3 fois s'il le faut. J'ai investi dans un bon appareil photo. Je suis à la fois photographe, journaliste, directrice artistique et community manager. Je me tue à réfléchir pour être originale, apporter un plus. ça me prend énormément de temps et d'énergie.
Je ne suis peut-être pas un magazine, mais je n'en suis pas moins " importante". J'ai une vraie opinion. Sincère. Je n'ai pas de pression ou de ligne éditoriale imposée. Je parle de ce que j'aime, et de ce que je n'aime pas.



Aujourd'hui, j'ai vraiment perdu mon temps. Cette fashion week était pour moi du vrai n'importe quoi. Zéro organisation. Des gens qui te disent vas y mets toi là, et les autres qui viennent dire le contraire. 
Que je sois installée en 1ère rangée ou debout derrière, ça m'est égal, du moins que c'est clair dès le départ. Par ce que oui, ce côté là aussi je ne vous en ai pas parlé. Le snobisme, m'as-tu vu & co.
Je trouve ça très drôle vous savez. Les gens pour qui il n'y que l'apparence et le qu'en dira-t-on qui comptent. ça doit être fatigant de toujours se comporter en fonction du regard des autres !

Enfin, la seule chose positive de tout, ça aura été de voir les coulisses coiffure et maquillage avec Mac Cosmetics. ça au moins, c'était super bien organisé. Je me suis régalée à prendre des photos.


Je vous dis à bientôt !









8 commentaires:

  1. bravo bravoooo <3 !!!!! 100% d'accord :@

    RépondreSupprimer
  2. je suis totalement d'accord avec toi même si que je suis une blogueuse et je n'ai pas reçue une invitation pour assister mais bon voila ... on est en Tunisie !!!! Dommage que tu as vécue tout ça !!

    RépondreSupprimer
  3. Même quand t'es journaliste avec pass presse et invitation, on te réserve le même accueil. Même d'i notre magazine est partenaire de la fw, je n'ai pas voulu prendre de risques (vu ma condition "physique" ;) ) Et je ne comprends pas le choix des lieux pour les fashion weeks. Autant avant, les endroits étaient "accessibles", autant depuis deux ans , on s'acharne à choisir les sites les plus difficiles d'accès quand tu porte des talons :) Les gros pavés du musée de Carthage et les pavés de sidi bousaid, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour prendre de la hauteur :) pas envie d'esquinter mes chaussures même si je porte pas des louboutins :) en tous les cas, bravo pour ta franchise et ton honnêteté, il faut critiquer pour pouvoir avancer.

    RépondreSupprimer
  4. Finally :) love this post; not just because it is honest, but also because it is contructive criticism!
    fashion week Tunis is something you and i are used to since 2012, remember? we worked super hard for it, getting those press pass ain't easy (God knows why! ) we spent sleepless nights to prepare the articles (me) and edit the photos (you), which is a way to show the world that Tunisia does have fashion potential, something that should not be taken for granted, anyway, FWT is all about the appearences (that aren't that good if you ask me), the super bad organisation, the mean faces, the VIPs, the attitude, the somebody-knows-somebody that's why they are here, the front raw etc.. but the real work, the GOOD writng, the GOOD photos, the Good marketing, yjibou rabi....
    why don't we appreciate those who actually TALK about those 3 or 4 days of "fashion"?
    who are the FWT people? the decision makers? the organizing team?
    i'm sorry you had to go through that, it sucks big time! but then that's why i didnt go this year, i'm done with that shit !

    xx Marwa
    http://diariesofmeblindoptimistic.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  5. AMEEEEEEEEEEEN 🙌🙌🙌🙌 Merci Jess pour cet article tu as dis , les tunisiens comprendront Jamais rien a la mode pour eux c un sac chanel Et des louboutins quite a ce que ca soit des faux !!!! Et le mec super mak poli qui Se charge de morganisation !!!! Je le cite Avec un ton moqueur Et vulgaire : ah tu as un badge presse c cool c Magbifique mais leve toi !!! Moi : toi ???? Excusez moi Mais on a deja joue emsemble pour que vous me tutoyez ?????

    RépondreSupprimer
  6. Merci Jess d'avoir partagé ton expérience avec tes lectrices , nous du moins moi que j'ignore totalement comment se passent les coulisses , les préparatifs etc etc ... moi je vois que les photos Glam partagées sur les réseaux sociaux ... j'adore te lire j'adore cette originalité , ce raffinement et cette classe attitude que tu nous montre à chaque fois Big bisou Jessy

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cet article . L organisation est toujours le point faible dans les evenements en tunisie .je n ai jamais assisste a la fw et j ai encore moins l envie d assisster apres ce que vous venez de partager avec nous! Merci pour votre sincerite :) j adore vous lore :)

    RépondreSupprimer
  8. Bravo pour ton honnêté , au moins quelqu'un qui dit tout haut ce que les autres pensent très bas. Personnellement, je n'ai assisté qu'au premier défilé de Mariem Ben Hassine puis je suis rentrée et jamais revenue. C'est vraiment dommage de rater un tel événement tant attendu par les fashionistas et designers tunisiens mais aussi qui pourrait valoriser la Tunisie.
    Ton post m'a inspiré pour mettre par écrit ce que je pensais http://thegirlybubble.blogspot.com/2015/05/bref-jai-assiste-la-fashion-week-de.html
    Bonne continuation Jess

    RépondreSupprimer